Chantier perpétuel

A peine une grue disparait, que d’autres prennent la place. Le quartier de Port Marianne, comme tout Montpellier d’ailleurs, est un éternel chantier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *